17 avril 2018

Michaël Mager et Richelle b, un départ non annoncé

Afin de comprendre ce qui vient de se passer à Richelle B, un petit retour en arrière s’impose.

Il y a deux semaines, Aubel et son mentor Michel Remacle décident de mettre un terme à leur collaboration. Le club désigne Michaël Mager pour le remplacer mais celui-ci est en place à Richelle B. Il est alors décidé qu’il terminera la saison au sein du club mosan et que c’est René Ernst qui assurera l’intérim à Aubel.

Surprise ce dimanche quand on a appris, de la bouche du président Richellois Fabian Bruwier, que Michaël Mager était libéré de ses fonctions pour qu’il puisse rejoindre Aubel. Et la surprise est encore plus grande quand le principal intéressé nous certifie qu’il n’en sera rien. "Ce qui vient de se passer est assez compliqué à expliquer", glissait d’entrée Michaël Mager. "Je ne tiens d’ailleurs pas à rentrer dans les détails par respect pour les gens de Richelle. Je dirai simplement que je pense qu’il y a des problèmes de communication au sein du club. De mon côté, je voulais terminer la saison. Je n’ai aucune raison de rejoindre Aubel maintenant car ça n’a pas été validé ainsi."

Thierry Michiels, le directeur sportif des Mosans a accepté de nous donner son point de vue sur cette situation particulière. "Il est un fait que les avis divergent. Aubel a contacté Michaël et a demandé qu’on le libère. Il est donc venu vers moi pour m’en faire la demande et je me suis mis à la recherche d’une solution. Le lendemain, il est revenu sur sa décision mais c’était trop tard. J’avais pris mes dispositions et je me dois de m’y tenir."

Dimanche dans la soirée, nous avons pris le pouls du côté d’Aubel. Là aussi, la surprise était de mise. "Je n’étais pas au courant et vous me l’apprenez à l’instant", avouait le président aubelois Marc Duthoo. "Ça ne change rien pour nous et c’est bien René Ernst qui va terminer la saison. Il vient de réaliser un excellent sept sur neuf et l’équipe est dans une spirale positive. Il n’est dès lors pas question de changer."

1171195209.JPG

A lire sur:

avenir-100.jpg Source: L'Avenir

Écrit par Richelle Utd. | Commentaires (0) |  Facebook | |

14 avril 2018

Journée Test -21 ans

journée-TEST.jpg

Dans le cadre de son nouveau projet P2 pour la saison prochaine, le F.c. Richelle Utd. et son nouveau coach Christophe Philippens, recherchent des - de 21 ans et organisent 2 journées test pour cette tranche d'âge.

Si le projet intéresse et si tu veux évoluer dans un club familial, festif mais néanmoins ambitieux, n'hésite pas à t'inscrire au n°: +32 495 80 70 31‬

Écrit par Richelle Utd. | Commentaires (0) |  Facebook | |

13 avril 2018

A Tilleur pour la gagne

774803521.4.jpg


Les photos de la rencontre


Les compositions:

Tilleur: Fillieux, Saccio, Zennaro, Stoffels, Crespin, Gertsmans, Falcione, Beltrame (46' Janin), Andich, Meunier et Kinif (76' Sarr)

Réserves:

Richelle:Marly, Deghaye, Mignon (70' Niro), Simon, Leroy, Piccoli, Hansen (73' Laruelle), Parreira, Renauld (62' Castela), Remy et Perséo.

Réserves: Gérard, Niro, Laruelle et Castela

Arbitre: Christophe Dezomberg assisté de Vincent Rozet et Mohamed Tesouli.



Tilleur s’est fait peur contre Richelle, qui rate le coche

Mené à la pause, Tilleur a dû batailler pour maintenir son avantage d’un point dans la course au titre. Richelle, lui, aurait pu réaliser la bonne opération du week-end en vue du tour final mais reste calé à 2 points de celui-ci.

Tilleur a démarré la rencontre avec envie et détermination. Premiers au ballon, durs dans les duels, les hommes de Christophe Kinet ont étouffé Richelle durant 20 minutes sans jamais pour autant parvenir à ouvrir la marque. Les lignes se sont alors agrandies et les Richellois sont revenus dans la partie, parvenant même à mener à la pause, un score qui les autorisait à croire encore plus au tour final. Tilleur devait réagir sous peine de voir le titre s’envoler puisque, dans le même temps, Visé se montrait autoritaire face à Aywaille. Mike Janin est entré au jeu, apportant plus de poids et de hargne à l’attaque ce qui lui a permis d’égaliser d’une volée bien placée. "J’étais bien sûr frustré de débuter sur le banc, autant que du score à la mi-temps", balance l’intéressé.

"Coaching payant"

"Mais l’important dans cette situation est de monter au jeu avec détermination. Entrer à la 46' m’a donné un boost car je savais que c’était pour faire la différence." "Le coaching fut payant", analyse l’entraîneur des leaders. "J’ai effectué le changement à la pause afin de bien briefer les joueurs sur les ajustements tactiques que je voulais voir. Mike a apporté de la puissance et a pesé sur la défense adverse." Et la délivrance est venue des pieds de Jérémy Falcione dont le coup-franc a terminé sa course dans l’angle du but. "Je savais qu’il devait être parfaitement botté pour faire mouche", explique le buteur. "Le gardien était au milieu de son but, la lucarne était donc le seul endroit qui pouvait payer. Ce but fait non seulement du bien à tout le club mais aussi à mon moral. Je marquais mes coup-francs en début de saison puis j’ai connu un gros passage à vide. La semaine dernière, j’ai retrouvé le cadre et à nouveau ce dimanche."

"La tactique appliquée"

Lancés, les hommes de Christophe Kinet ont alors déroulé, se procurant de nombreuses occasions de tuer le match sans y parvenir, la faute à un Florent Marly des grands jours. "J’ai donc fait monter Malick Sarr afin de renforcer le milieu. Cela à fonctionner." Si Tilleur a largement dominé la seconde période, Richelle a tout de même mis le nez à la fenêtre à 15 minutes du terme mais l’envoi d’Anthony Niro était bien détourné par Jullian Filleux. "Je suis fier des joueurs car ils ont parfaitement réagi. Ils ont affiché un caractère énorme tout en étant appliqués tactiquement", conclut Christophe Kinet.

DSC_0154.jpg

Tout Tilleur au secours de Fillieux

"Nous encaissons sur une erreur individuelle de notre gardien", lance Christophe Kinet. "Si nous avions perdu ce match, et donc certainement toute chance de titre, sur cette erreur commise par Jullian Fillieux, qui fut irréprochable et même plus durant toute la saison, cela aurait été dramatique pour lui." A la 28', le dernier rempart a en effet raté son dégagement et cédé le ballon à William Renauld qui s’est empressé d’ouvrir la marque. "Jullian fut exemplaire depuis le début de la compétition, intervient Jérémy Falcione. "Je lui ai dit à la pause que nous allions réparer sa faute car il le méritait bien." Et Christophe Kinet de couper: "Tous les joueurs lui ont dit que nous allions gagner ce match aussi pour lui!" L’intéressé, lui, s’en veut encore: "J’y penserai jusque mardi. Là, je retournerai à l’entraînement et travaillerai de plus belle pour ne plus jamais que cela arrive. J’ai réalisé 27 matches parfaits et une seule bourde aurait pu nous éliminer de la course au titre… J’ai pu compter sur mes équipiers qui m’ont sorti de ce mauvais pas." Le gardien a aussi eu son mot à dire en empêchant l’égalisation d’Anthony Niro. "Je devais garder le cap moralement et notre 2e but m’a remis dans le bon mouvement."

Benoît Waucomont: "Nous n’avons pas à rougir de notre match"

Si Benoit Waucomont est content que ses joueurs aient tenu la dragée haute au leader, il regrette l’erreur fatale commise sur le but égalisateur. "Nous bénéficions d’un coup-franc et nous le jouons dans la précipitation alors que l’équipe n’est pas en place", peste l’entraîneur de Richelle. "Nous perdons le ballon et encaissons dans la foulée. C’est stupide. Quelle faute de maturité! Ce dénouement est d’autant plus regrettable qu’en ne concédant pas ce but, Tilleur aurait dû sortir encore plus et nous aurions pu hériter d’opportunités en contre. Dans l’ensemble, nous n’avons cependant pas à rougir de notre prestation, même si notre adversaire s’est procuré de nombreuses occasions de but. Il faut reconnaître que Florent Marly gagne trois faces-à-faces… De notre côté, ce match s’est joué sur des détails et notre manque de maturité. Dommage, qui plus est quand on sait que nos adversaires directs dans la course au tour final ont perdu des points. En gagnant, nous aurions pu réaliser une très belle opération. Les joueurs en sont conscients, ils savent qu’ils sont passés à côté de quelque chose, même si, il faut l’admettre, nous jouions tout de même face au leader de la série."

DSC_0031.jpg





Benoît Waucomont

"Nous n’avons plus le choix"

Si Richelle souffle un peu le chaud et le froid ces dernières semaines, ne parvenant pas à enchaîner deux succès, il reste encore en course pour une place au tour final. Voilà tout l’enjeu de cette rencontre pour les hommes de Benoît Waucomont. "L’affiche aurait été plus belle si nous étions parvenus à l’emporter conte Longlier la semaine dernière", regrette l’entraîneur. "D’autant que nous avons bénéficié de suffisamment d’opportunités pour décrocher un succès… Nous sommes maintenant dans une situation où nous n’avons plus le choix, il nous faut les 3 points dans un match qui, pour nous, sera un peu particulier puisque nous nous rendons chez le leader. J’espère l’embêter et une victoire serait la cerise sur le gâteau." Benoît Waucomont la joue modeste, mais ne comptez pas sur Tilleur pour prendre cet adversaire à la légère. "Cela fait plaisir, c’est la preuve que nous sommes respectés. Tilleur reste sur une très belle série… mais comme toujours, elle aura une fin à un moment ou à un autre, j’espère que nous serons l’équipe qui le fera trébucher."

c_DSC_0001.JPG

Christophe Kinet

"J’ai préparé deux plans"

Tilleur a le vent en poupe. Depuis sa défaite face à Visé, il enchaîne les succès: 5 de rang! Tout cela avec 14 buts inscrits et un seul concédé, le week-end dernier à Habay. Les hommes de Christophe Kinet sont cependant face à un défi de taille cette fois. "Nous sommes dans une configuration où il reste un enjeu pour nos adversaires", pointe le coach. "Richelle est toujours en lice pour une place au tour final. Il ne lui est donc pas permis de jouer pour autre chose que la victoire. Voilà pourquoi j’ai préparé deux plans de rencontre." Christophe Kinet analyse en effet chaque fois ses opposants via la vidéo. "Je prépare chaque rencontre. Les matches sont tellement importants que c’est encore plus vrai aujourd’hui. Cette fois, je ne sais pas trop à quoi m’attendre. Soit Richelle va venir à Buraufosse particulièrement bien organisé, nous laissant très peu d’espaces, et tentera de nous prendre en contre, soit il jouera l’offensive dès le départ. Je dois prévoir les deux cas de figure. Une chose est certaine, nous devrons aborder cet affrontement avec le plus grand sérieux, il serait vraiment dommage de tomber dans un piège par nonchalance."

c_DSC_0035.JPG

Écrit par Richelle Utd. | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 avril 2018

Greg Perséo veut gagner à Tilleur

"Gagner à Tilleur pour aider Richelle et… les Visétois"

Grégory Perséo veut mener Richelle vers  le tour final avant de devenir une Oie

La prochaine journée va nous offrir un alléchant duel entre Tilleur et Richelle, l’occasion pour Grégory Perséo de retrouver ses anciennes couleurs l’espace de nonante minutes. Et vu que son prochain port d’attache se nomme Visé, l’ailier aura à coeur de briller dans les travées de Buraufosse…

c_DSC_0126.JPG

Dans son style habituel, Grégory Perséo a planté sa quinzième rose de la saison contre Longlier. Une réalisation effectuée en vitesse et finesse, les principaux atouts de celui qui a accepté le challenge proposé par Visé pour le prochain exercice. "J’ai eu dix années de formation là-bas et parmi les propositions dont je disposais, c’était clairement la plus belle", glisse le garçon avec le sourire. "Je connais le stade comme ma poche, la surface de jeu me convient tout comme la philosophie prônée. Je sais que la concurrence sera énorme, surtout dans le secteur offensif, mais j’avais envie de me tester dans une formation très ambitieuse".

Un souhait qui pourrait verser dans le bonheur en cas de titre pour les Oies. Seulement, le sacre passera par la perte de points des Métallos d’ici la fin de saison. «"Et comme je veux quitter Richelle avec le tour final en poche, je vais être encore plus motivé à l’idée de réaliser un exploit dimanche prochain. Ce sera une rencontre très compliquée car Tilleur ne lâche presque rien chez lui mais nous possédons les arguments pour embêter n’importe qui. Si on se base sur les actions construites contre Longlier, nous avons proposé un football positif et tourné vers l’offensive. Il n’a manqué que le dernier geste donc il sera important de se concentrer dimanche prochain car quand vous pouvez marquer sur la pelouse de l’un des ogres de la compétition, vous n’avez pas le droit de vous louper".

Et ce, peu importe le nom de celui qui secoue les filets. "Je sais que mon record monte à 17 buts mais je ne fais pas une fixation. Si je vois qu’un partenaire est mieux placé, je lui cède le cuir avec plaisir. Je me sens bien et je m’efforce de faire mal aux défenseurs qui se présentent sur ma route. Quand j’ai annoncé que je ne resterais pas à Richelle, certaines personnes ont cru que je n’allais plus me donner mais ce n’est pas dans ma nature. Je veux aider le club à concrétiser ses objectifs et je suis persuadé que nous pouvons clôturer la saison sur une note positive. Je ne vais pas à Tilleur avec un esprit de revanche suite à mon passage chaotique du côté de Cité Sport, j’aspire juste à prendre du plaisir et décrocher un beau succès. Et puis, si un but ou une passe décisive peut aider Visé, je ne vais pas cracher sur la possibilité de mettre la cerise sur le gâteau. Tout le monde va me parler de cette affiche mais je vais la vivre sans pression, ce sera le meilleur moyen d’être performant".

c_DSC_0272.jpg

Écrit par Richelle Utd. | Commentaires (0) |  Facebook | |

07 avril 2018

Championnat 2017 - 2018 - 28ème journée

D3-AMATEURS-DOMICILE.jpg


Adresse: Stade de la Cité de l'Oie - Visé

Les buts par: Greg Perséo et Florent Marly

Le résumé de la rencontre


Les compositions:

Richelle: Marly, Deghaye, Simon, Piccoli, Remy, Parreira, Renauld (63' Salimou), Mignon, Pohl, Spano (71' Niro) et Perséo (82' Laruelle)

Réserves: Niro, Salimou et Laruelle

Longlier: Labranche, Bolle, Nollevaux, Devilet, Kudimbana, Lespagnard, Gruslin, Billion (78' Blaise), Lejeune (46' Tibor), Molnar (85' Freid) et Huberty

Réserves: Blaise, Tibor, Gomrée et Freid

Arbitre: Jérôme Meys assisté de Nassim Hafid et David Orban.



Il ne fallait pas arriver en retard ni partir trop tôt à Richelle-Longlier. Cueillis à froid par Greg Perséo à la 2' minutes, les Longolards ont pu compter sur un Tibor revanchard, ce dernier ayant commencé la partie sur le banc, pour égaliser puis prendre l’avantage, avant de voir…le gardien de Richelle, Florent Marly, égaliser dans les dernières secondes sur corner. Longlier reste toutefois dans le top 5.

Le gardien marque de la tête et sauve Richelle sur le fil…

Dominateur dans tous les secteurs de jeu, Richelle a failli tout perdre en raison de l’efficacité de Longlier. Sur un coup de tête rageur à la dernière seconde, Florent Marly a toutefois offert un partage insuffisant mais nécessaire dans la lutte au tour final…

c_DSC_0029.jpg

La scène se veut aussi belle que rare. Il ne reste qu’une poignée de secondes à jouer et Florent Marly décide de quitter ses cages pour aller s’immiscer dans la grappe d’hommes qui vient de se former dans le rectangle adverse. Placé au deuxième poteau, le dernier rempart s’élève plus haut que tout le monde et envoie un boulet de canon dans les filets. Une tête synonyme de liesse… "J’ai eu un trou noir et je ne savais pas dans quel sens courir", lâche le héros du jour. "Quand on voit la physionomie des débats, nous avons eu les occasions pour gagner deux rencontres… Seulement, le manque d’efficacité nous a joué des tours. Le partage nous rend un peu le sourire mais il ne correspond pas au récital offert".

Longlier souvent dépassé

Des mots qui sonnent comme un parfait reflet des débats car, durant nonante minutes, les Richellois ont multiplié les belles séquences et les occasions face à un Longlier courageux mais régulièrement dépassé. Le dernier geste a toutefois fait défaut, de quoi faire naître de sérieux regrets dans le vestiaire local. "On avait à cœur de l’emporter car nous avions les cartes en main pour réaliser la toute belle opération du week-end. On a produit du jeu, on a dominé l’adversaire mais on doit se contenter d’une maigre unité. C’est rageant…"

Un ressenti qui versait toutefois dans l’euphorie au moment d’évoquer sa toute première réalisation de sa carrière. "Je le dis depuis des mois mais personne ne veut me croire: je suis un attaquant (rires). Je viens de prouver que j’avais les reins suffisamment solides pour endosser le numéro neuf prochainement… Plus sérieusement, j’ai eu de la chance de ne pas avoir de marquage et je ne me suis pas posé de question. Il fallait tout tenter pour revenir au score et le destin est venu couronner notre prestation. On méritait mieux mais ce n’est que partie remise. Nous avons la semaine pour préparer notre déplacement à Tilleur, un match qui sent la poudre entre deux formations ambitieuses".

"On a loupé le coche avant la pause"

Tout le monde s’accordait pour le dire, Richelle méritait les trois points de la victoire. Seulement, pour vaincre, il faut finir ses actions. "Je ne veux jeter la pierre à personne mais nous avons manqué des occasions grosses comme des maisons", pestait Benoît Waucomont en sortant des vestiaires. "Seul devant le but, à quelques mètres du gardien ou en supériorité numérique, nous avons fait preuve d’inefficacité. C’est franchement râlant car, à la pause, le marquoir doit toujours afficher 3-0".

Mais comme souvent dans le foot, l’équipe qui domine sans marquer… "Se fait surprendre sur la première chance adverse", clôture le mentor richellois. "Je le sentais arriver et malheureusement, mon pressentiment s’est transformé en réalité. On commet de grosses erreurs défensives sur les buts de Longlier et ce n’est pas logique à ce niveau. Je tiens toutefois à souligner le caractère de mes joueurs car ils n’ont rien lâché, jusque dans les derniers instants. Le plus bel exemple étant la décision prise par Florent, auteur d’un but dont on parlera longtemps". Une initiative qui offre un point, certes maigre, mais qui permet au club d’encore croire au tour final. "Cela passera par un bon résultat à Tilleur et ce ne sera pas facile. On risque de vivre un duel au sommet et j’aurais aimé l’aborder en pleine confiance. Dommage…"

c_DSC_0003.jpg

Greg Perséo à Visé: officiel

Une partie qui sera spéciale pour Grégory Perséo dont le transfert à Visé est désormais officiel. Au rayon des arrivées, Cyril Pohl a résigné pour une saison et Christophe Philippens sera l’entraîneur de la P2 de Richelle l’an prochain.



Kevin Spano veut sa revanche contre Longlier

Le tour final est en ligne de mire, Richelle abordera donc sa rencontre dominicale avec une immense rage de vaincre. Une philosophie qui sied à merveille à Kevin Spano, l’un des tôliers du noyau de Benoît Waucomont

Il fait bon vivre à Richelle, une phrase qui ressort dans toutes les buvettes de division 3B amateur. Toutefois, la formation chère à Fabian Bruwier ne se contente pas de sourire, elle preste à un haut niveau depuis le mois de janvier. "Si on exclut notre couac contre Bertrix et le revers face à Visé, nous sommes dans une superbe dynamique", souffle Kevin Spano avec le sourire. "On ne parle presque jamais de nous car nous sommes discrets en termes d’ambitions pures mais pour nous bouger, il faut se lever tôt." Une remarque qui ne souffre d’aucune discussion et qui trouve sa source dans la force mentale du groupe. "Il va y avoir énormément de changements lors du prochain exercice mais il est important de souligner l’abnégation de chacun. Les gars qui vont partir auraient pu décider de lâcher ou de vivre une fin de saison en toute quiétude mais cela n’a jamais été le cas. Tout le monde s’arrache pour décrocher un second tour final de rang et c’est vraiment génial." Une philosophie qui offre toutefois des cheveux gris à la direction. "Elle fait semblant de s’énerver après les matches en nous disant que nous allons faire mal au budget si on continue de gagner (rires). Mais le vestiaire sait que c’est une boutade car, même si la pression ne fait pas partie de notre vocabulaire, elle s’invite toute seule dans nos jambes une fois que nous montons sur le terrain."

Entendez par là que la venue de Longlier s’apparente à une véritable joute au sommet. "Parce que nous voulons vivre une fin de compétition palpitante mais également parce que nous avons une revanche à prendre par rapport à cet adversaire. Sur leur pelouse, nous avions disputé l’une de nos prestations les plus abouties mais, sans que je puisse comprendre pourquoi, nous avions connu la défaite. Cela m’est resté en travers de la gorge donc, dès le coup d’envoi, nous devrons adopter une mentalité de guerrier pour réussir à prendre le dessus afin de concrétiser nos vœux de tour final." Un hypothétique ticket qui aurait une saveur toute particulière pour le médian. "La compétition est plus relevée que l’an dernier donc cela prouve que Richelle se trouve dans une belle évolution. Et puis, comme je l’ai dit, une fin de cycle s’est installée et chacun veut le terminer sur la meilleure note possible. Au fil des mois, j’ai senti que mon statut évoluait et qu’on me faisait pleinement confiance. J’ai envie de remercier mes partenaires, le staff et la direction pour les responsabilités qu’on m’octroie. Une mission qui passera par des prestations solides et une victoire ce week-end." En d’autres termes, le bon vivre se mêle à la détermination…

c_DSC_0084.jpg

Benoît Waucomont: "Une fin haletante"

Perfectionniste dans l’âme, Benoît Waucomont aspire à décrocher un bon résultat contre Longlier et ce, au-delà de la course au tour final. " A part Visé, nous n’avons jamais enregistré un zéro sur six face à une autre formation. Je ne veux pas que la donne change surtout que notre prochain opposant est le seul encore en mesure de nous terrasser à deux reprises." Une quête de succès qui, en cas de concrétisation, offrira du piment dans les dernières semaines richelloises. "Si nous l’emportons, nous pourrons aborder notre choc contre Tilleur avec panache. On verra ce qu’il se passera lors du décompte final mais, comme je le dis souvent aux joueurs, nous avons toutes les cartes en mains pour connaître un superbe moment. Maintenant, il ne faut pas croire que nous avons préparé les événements avec davantage de pression. Nous conservons notre fil conducteur et ce, peu importe le nom de ceux qui se dressent sur notre route. Nous sommes prêts à en découdre, et avec le sourire…"

c_DSC_0068.jpg




Michaël Mager: "Je suis très honoré qu’Aubel ait pensé à moi"

Les dirigeants aubelois n’ont pas mis très longtemps avant de trouver leur nouvel entraîneur suite au départ de Michel Remacle. Ils ont en effet déjà trouvé un accord avec Michaël Mager, qui terminera la saison avec Richelle B avant de poser ses valises.
Fumée blanche du côté d’Aubel, qui a déjà trouvé son nouvel entraîneur en la personne de Michaël Mager qui succédera donc à Michel Remacle qui a décidé de quitter ses fonctions lundi après la défaite contre Wanze/Bas-Oha. Actif du côté de Richelle B cette saison, il n’arrivera pas tout de suite. "Par respect pour Richelle, qui a toujours été correct avec moi, et m’a donné ma chance, je terminerai la saison avant de prendre la direction d’Aubel. Le dernier match de P2B se jouant le 29 avril, je pourrais être présent pour les deux ultimes rencontres en P1."

C’est donc un visage bien connu, et un local, qui fait son retour au club. "Je suis Aubelois d’origine, et je connais très bien le club. J’y étais encore la saison dernière comme coach des U16. Mais, j’y ai également joué chez les jeunes avant d’arriver en équipe fanion où j’ai pu faire quelques apparitions en Promotion. Par la suite, j’y suis revenu, mais j’ai été gêné par une vilaine blessure."

Son papa a également joué au club, c’est dire l’attachement mutuel qu’il y a entre le futur coach et Aubel. "Je suis très fier et honoré que les comitards aient pensé à moi."

Il n’a donc pas beaucoup hésité avant d’accepter l’offre, surtout qu’il avait déjà signalé qu’il ne prolongerait pas avec la deuxième équipe de Richelle. "La philosophie du club m’a convaincu. Il y a un beau projet sportif et humain. J’ai déjà eu l’occasion de voir deux matches de l’équipe cette saison, et j’ai été impressionné par le potentiel qu’il y a dans le groupe."

Surtout qu’il n’est pas une tête inconnue pour les joueurs. "Je connais déjà la grosse majorité du noyau, ainsi que des joueurs de P3. Il n’y a que les transferts entrants que je ne connais que de nom."

Pour les deux dernières rencontres, il retrouvera René Ernst qu’il connaît déjà. "J’ai eu l’occasion de jouer avec lui plus jeune, et j’ai déjà coaché son fils. Je ne sais pas encore s’il sera là la saison prochaine, vu qu’il n’a pas encore rendu de décision."

A bientôt 44 ans, il s’agira de sa troisième expérience en tant que T1 d’une équipe première après avoir connu la P4 de Herve par le passé et donc Richelle B. "Je suis un entraîneur assez proche de ses joueurs, qui prône le beau jeu. Je ne fais pas tout tout seul, c’est pourquoi je suis toujours ouvert à la discussion, même si j’assume toujours mes décisions."

Il a également officié comme adjoint de Benoit Waucomont à Richelle et au Standard Femina. "Où on a été champion de Belgique, et on a pu disputer la Ligue des Champions", se remémore-t-il.
A quelques semaines de son arrivée au club, Michaël Mager a déjà hâte de poser ses valises à Aubel. "Je veux d’abord finir la saison correctement avec Richelle B. Nous sommes septièmes et personne ne nous attendait là. Mais c’est sûr que j’ai hâte d’arriver à Aubel. Que ce soit pour la P1 ou la P2, ça m’est égal."

956978287.2.JPG

Marc Duthoo: «C’était notre choix nº1»

Marc Duthoo est on ne peut plus satisfait de cet accord trouvé, surtout que Michaël Mager rentrait parfaitement dans ses critères. "Il a la philosophie du club en lui: c’est un Aubelois, qui aime beaucoup travailler avec les jeunes. Entraîneur des U16 provinciaux au club la saison dernière, il connaît déjà les joueurs de ce groupe qui possèdent un fort potentiel", développe le président.

Surtout que l’entraîneur de Richelle B était le choix numéro un du président. "Après René Ernst, mais comme il avait été clair en disant qu’il ne voulait pas être T1, c’était le choix logique. Il est de la maison et il venait toujours nous voir de temps à autre, donc nous avions souvent des échanges. C’est donc tout naturellement qu’il a accepté directement."

Concernant le T2, René Ernst, il n’a pas hésité longtemps avant d’accepter de prolonger son intérim. "Il a dit oui directement, car il veut aider le club un maximum."

Écrit par Richelle Utd. | Commentaires (0) |  Facebook | |

01 avril 2018

Alain Finet à "1 doigt" de filer à l'Ursl Visé

27485102_10213460813727604_1169839149_o.jpgEn même temps que le championnat touche doucement à sa fin, les discussions dans les clubs vont bon train en ces moments d'arrivées et de départs de joueurs, mais pas que...!! Dans le comité aussi des mouvements pourraient se faire.

Des suites d'un désaccord en interne, le directeur technique du club Alain Finet qui aurait en effet, "oublié" de rentrer des notes de restaurants trop "salées". serait la cause d'un grand débat et d'une mésentente. De plus et avec la bonne entente avec le second locataire du Stade de la Cité de l'Oie, il ne serait pas étonnant qu'il franchisse le pas... ou pas...

Pour la petite histoire, Alain Finet, ex entraîneur de Vyle et de Herstal, est arrivé au club en tant que... (j'ai oublié !!) pour terminer comme directeur technique et négociateur de transferts, très actif au sein du club depuis... (j'ai oublié !!). Tout le F.c. Richelle Utd. le remercie et lui souhaite bonne chance pour la suite.

Écrit par Richelle Utd. | Commentaires (0) |  Facebook | |

30 mars 2018

Week-end Special P2

P2.jpg

c_DSC_0078.JPG

Écrit par Richelle Utd. | Commentaires (0) |  Facebook | |

Richelle et sa bonne mentalité retrouvée

Greg Mignon: "Richelle a retrouvé la bonne mentalité"

Greg Mignon est satisfait de l’ambiance qui règne à nouveau.

c_DSC_0247.jpg

Certains cercles adorent que l’on parle d’eux. En bien, en mal, en long, en large. Telle n’est pas la marque de fabrique ou la politique de Richelle. Pourtant, lors de cette campagne, plusieurs choix (du coach), plusieurs déclarations (de départ, des joueurs) ont rompu l’habituelle quiétude du club.

Richelle n’a pas explosé, le club a juste connu quelques remous dont il aurait préféré se passer. Dimanche, à Herstal, on a vu des joueurs déjà engagés ailleurs (Perséo, Parreira) ou sur le départ (Castela) pleinement concernés par leur employeur actuel.
Pourtant, les Mosans sortaient d’une semaine compliquée. "La sérénité n’a pas toujours été pleinement présente ces dernières semaines", notait Greg Mignon, le capitaine. "Mardi dernier, à Aubel en amical, notre prestation avait été catastrophique (5-0) et l’on ne s’était pas bien entraîné jeudi. Il y a eu peu de plaisir durant ces deux rendez-vous. Par contre, dimanche, la mentalité était bien présente chez tout le monde. Par rapport à cela, on s’est clairement rassuré. C’est de bon augure pour la fin de saison afin de ne pas vivre des dernières rencontres sans envie ou sans passion."

Le calendrier richellois propose trois adversaires luttant pour leur survie nationale (Longlier, Mormont et Verlaine) et le… leader tilleurien. "Avec les trois points pris chez les Armuriers, on peut regarder vers le haut du tableau. Néanmoins, notre programme demeure compliqué. Mais, avec notre mentalité, on est capable de forger quatre résultats positifs. D’autant que, jusqu’à présent, seul Visé est parvenu à nous vaincre à deux reprises…" Et, parmi le quatuor à affronter, seul Longlier avait vaincu les Mosans lors des matches allers!

c_DSC_0148.jpg

Pas question de sanction disciplinaire avec la présence de Jean-Philippe Gérard sur le banc et celle de Florent Marly, le titulaire du prochain exercice, entre les perches. "J’avais beaucoup d’appréhensions car j’avais clairement manqué de repères à Aubel", témoigne Florent Marly. "Je prends trois buts, ce qui n’est jamais agréable pour un gardien, je pense cependant avoir réalisé un match correct." Et l’ancien second gardien de Hamoir d’espérer finir la saison. "C’est réellement une autre sensation de monter sur une pelouse pour défendre les buts de son équipe plutôt que de se diriger vers le banc des réservistes! Normalement, Richelle m’a promis de m’offrir les cinq derniers matches de la saison. Celui contre Longlier, c’est sûr, je le disputerai puisque Jean-Phi est suspendu." (NDLR : carte rouge contre Namur)

c_DSC_0196.jpg

Écrit par Richelle Utd. | Commentaires (0) |  Facebook | |

24 mars 2018

A Herstal pour un second derby

D3-AMATEURS-EXTERIEUR---copie.jpg


Les photos de la rencontre


Les compositions:

Herstal: Derbaudrenghien, Lovinfosse (18' El Farsi), Delbrassine (79' Adam), Campolini, Haydan, De Brouwer, Yema Shongo, Rossi, Choukri, Mbazoa (30' Capone), Wojciechowski..

Réserves: El Farsi, Adam et Capone.

Richelle: Marly, Deghaye, Mignon, Simon, Leroy, Remy (60' Perséo), Spano, Piccoli, Parreira (90' Niro), Laruelle et Castela.

Réserves: Gérard, Niro, Niang et Perséo.

Arbitre: Kevin Sanglier assisté de Christophe Berbier et Vincent De Bie.



Richelle dribble Herstal au général

Patrick Fabbri assume son choix

Un premier quart d’heure de folie a orienté la suite des débats: idéal pour des Richellois nantis d’un triple avantage, catastrophique pour des Armuriers dépassés et enregistrant la blessure de Mbazoa

Le réveil des Armuriers a sonné avec un quart d’heure de retard. Trop tard que pour combler un handicap de… trois goals! "J’assume totalement mon choix d’avoir mis Lovinfosse arrière droit", reconnaissait Patrick Fabbri. "Il avait été très bon à Mormont et je voulais reconduire l’expérience. Hélas, deux buts viennent de son côté." Le T1 local replaçait son joueur dans l’entrejeu avant de le sortir (il sera suspendu mercredi à Longlier) juste avant Mbazoa (coup sur le pied gauche). "A 0-3, on a tous pensé que c’était fini", ajoutait Patrick Fabbri.

Dans le camp mosan, malgré la réduction du score de Capone (lui n’était pas hors-jeu mais le juge de touche avait levé puis abaissé son drapeau pour un retour de hors-jeu d’El Farsi faisant action de jeu), on avait le sourire. "En les pressant, on les a embêtés", analysait Michaël Possen, T1 occasionnel en l’absence de Benoît Waucommont. "De plus, avec notre stratégie de jouer homme contre homme derrière, cela nous ouvrait des espaces et une supériorité sur les flancs."

Durant le second acte, on a cru à un potentiel retournement de situation lorsque Rossi convertissait un penalty avant que Martin Leroy, pour rouspétances, ne prenne deux jaunes en une minute! "A 2-3, on y croyait", ajoutait Patrick Fabbri. "Mais que c’est frustrant de préparer un match toute une semaine pour le voir foutu en quinze minutes." Après un Miguel Parreira décisif en début de match, cet honneur revenait à Greg Perséo en fin de partie. "On a retrouvé l’état d’esprit de Richelle et quand on est dans ces dispositions, on ne doit craindre personne", concluait le T2 mosan.

c_DSC_0108.jpg

"On a répondu de   la meilleure façon"

La saison n’a pas toujours été un long fleuve tranquille pour Manu Castela, Miguel Parreira ou Greg Perséo.

Trois joueurs expérimentés qui s’en iront fin de saison. Mais dont l’esprit est toujours richellois. Si on a vu un Manu Castela dominer les airs et se permettant même de prendre, à plusieurs reprises, la défense herstalienne de vitesse, Miguel Parreira a donné le ton d’entrée de jeu. "On a répondu de la meilleure des façons. Sur le terrain. On devait rappeler nos qualités à certaines personnes, on avait envie de se montrer."

Néanmoins, le déroulement des débats a suscité quelques frayeurs. "On aime bien se faire peur", rappelle le premier buteur. "On peut être acculé et encaisser, on se sait toujours capable de marquer. C’est bien plus agréable un tel match qu’un où une équipe essaye de ne pas perdre dès le coup d’envoi…"

Placé sur le banc, Grégory Perséo râlait. Tout en comprenant. "Au vu de mes dernières prestations, je me doutais de mon statut de réserviste. Cela n’a pas été une surprise." Sa montée au jeu non plus. Le contexte était idéal pour un offensif adorant les espaces, dans lesquels il peut exploiter sa vitesse. "J’ai pu utiliser mes qualités pour faire mal à Herstal et inscrire un doublé." Cerise sur le gâteau, l’attitude était positive. "Mike Possen m’a dit d’afficher la mentalité adéquate. Pour l’instant, je suis Richellois et je donnerai tout pour l’équipe tant que je joue pour le club. Le tour final? On ne va pas en parler trop, mais c’est motivant de pouvoir encore y croire…"

c_DSC_0243.jpg



Le gardien de Herstal, Pierre Derbaudrenghien, va recevoir Richelle où joue son pote Maxime Deghaye

Les Armuriers vont jouer deux rencontres cruciales pour leur avenir, en l’espace de quatre jours. En effet, ceux-ci s’apprêtent à recevoir Richelle, dimanche (15h), puis à se déplacer à Longlier, mercredi, pour disputer un match en retard. Un six sur six mettrait les joueurs de Patrick Fabbri dans des conditions idéales pour accéder au tour final, leur objectif avoué depuis quelques mois. « Si on remporte ces deux matches, on sera en effet bien positionné pour le top 4. Il faut viser cette place, car Bertrix pourrait gagner la 3e tranche. Le coach veut depuis le début de la saison ce tour final, même si le président en parle moins », indique le portier herstalien, Pierre Derbaudrenghien. La situation de Herstal, cette saison, est un petit peu comparable à celle de Richelle l’an passé, qui avait terminé 4e et participé au tour final. ""Mais la différence avec Richelle, c’est que si on ne monte pas cette année on fera tout pour y arriver la saison prochaine", embraye-t-il.

De leur côté, les hommes de Benoît Waucomont, absent ce dimanche pour raisons professionnelle, remontent bien dans le classement, au point de se mettre aussi à rêver du tour final. Leur défaite, sur le fil, face à Visé démontre bien qu’il ne faudra pas les prendre à la légère. Le match aller avait quant à lui été riche en rebondissements, avec un score de 3-3 au final. "Je pense que ce sera à nouveau un match ouvert, mais peut-être pas autant qu’à l’aller car il y avait eu des exclusions. Ces dernières semaines on a du mal à entamer les matches, ça doit être parce que les équipes commencent à nous connaître. Il faudra être très attentif dès le début de la rencontre."

Contre Richelle, le gardien de but va retrouver un joueur qu’il apprécie particulièrement, en la personne de Maxime Deghaye. "Je le connais très bien, car j’ai fait mes études de kiné avec lui et on effectue pour le moment une formation d’ostéopathe ensemble. C’est un bon pote, on se voit aussi en dehors de nos études. Il est très solide dans les duels et il a une philosophie très défensive, il se porte rarement vers l’avant. Son profil m’arrangerait bien à Herstal (sourire)."

En effet, les "Rouge et Noir" ont déjà encaissé 44 buts cette saison, soit autant que Habay, 14e du classement. "C’est frustrant d’en prendre autant, mais je me suis adapté à la philosophie de Patrick Fabbri. Le match à Cointe la reflète parfaitement : on aurait pu gagner 4-0 tranquillement, mais le coach voulait qu’on continue à attaquer et au final c’est 8-3." Malgré une arrière-garde qui n’est pas des plus imperméables, le "capi" se voit bien signer pour une 5e saison à Herstal. "Je suis pour la stabilité. J’ai beaucoup d’obligations professionnelles et j’entraîne les jeunes du Standard, mais je me dirige vers une saison supplémentaire ici. Depuis que je suis capitaine, mon rôle a changé. J’ai un certain vécu au niveau national et ce n’est pas pour rien si on m’a donné le brassard. Je suis devenu un leader et je sers de relais pour le coach."

c_DSC_0070.JPG

Richelle tient son deuxième gardien

Richelle a trouvé son 2e gardien pour la saison prochaine: il s’agit de Dorian Pirotte, qui jouait cette saison avec les U19 et les U21 de l’AS Eupen, il suit les traces de son papa, Pascal Pirotte, premier gardien de l'histoire du F.c. Richelle Utd.

c_23244524_2038385999723784_1739863817091806989_n.jpg

Écrit par Richelle Utd. | Commentaires (0) |  Facebook | |

13 mars 2018

Le Derby du Stade de la Cité de l'Oie

D3-AMATEURS-DOMICILE.jpg

Stade de la Cité de l'Oie - 4600 - Visé

Les photos de la rencontre
Le résumé de la rencontre



Les compositions:

Richelle: Gérard, Deghaye, Wangermez, Castela (87' Simon), Renauld (67' Remy), Leroy, Mignon, Pohl, Spano (86' Niro), Perséo et Piccoli.

Réserves: Marly, Simon, Niro et Remy.

Visé: Aerts. Oluoch, Audoor, Maréchal (60' Soto Munoz), Legros, Hossay, Alima, Nana (77' Crits), Mbatama, Lacroix et Said (85' Raets).

Réserves: .

Arbitre: Philippe Vinche assisté de David Bertholet et Thomas Zambuto.



Malgré le froid glacial qui régnait au stade de la Cité de l’oie, le derby entre Richelle et Visé a attiré pas mal de monde même si beaucoup ont préféré rester à l’intérieur. Sur le terrain, l’enjeu était de taille surtout pour Visé qui ne pouvait plus se permettre de perdre des plumes dans la course au titre…

Les troupes de Huet ont assuré l’essentiel à Richelle

Quelques minutes avant le coup d’envoi, c’était un premier coup dur pour Richelle. Nicolas Hansen devait quitter l’échauffement après avoir ressenti une pointe d’élongation. "Le souci, c’est qu’il n’y avait pas d’autres joueurs disponibles" regrettait Benoît Waucomont. "C’est alors que Benoît Simon est arrivé pour assister au match. Je lui ai expliqué le souci et il est vite retourné chez lui à Welkenraedt rechercher son sac…"

C’est avec un peu plus de cinq minutes de retard que la rencontre a finalement pu démarrer. Difficile de dire si la tardive offensive hivernale a gelé les organismes, toujours est-il que sur le terrain, on n’a pas vu grand-chose. Certes, la rencontre fut plaisante avec deux équipes qui ont joué le jeu mais les occasions de part et d’autre furent quasiment inexistantes. Il aura suffi d’un éclair à un peu moins de dix minutes du terme pour qu’Alima ne délivre Visé…

"Un derby pas facile"

"Cette victoire, je tiens avant tout à la dédier à Jean-François Paquot", lâchait Stéphane Huet à la rentrée aux vestiaires. "Un fidèle supporter du club décédé inopinément cette semaine. Il était présent à tous nos matchs, à côté de ce genre de drame, le football est vraiment secondaire…"
Le coach visétois analysait pourtant la rencontre: "Je savais que ce derby ne serait pas facile. On a senti un engouement que l’on ne retrouve pas dans les autres rencontres. Richelle est un club que j’aime beaucoup et qui a parfaitement joué le jeu. Nous avons eu des bonnes séquences avec surtout vingt bonnes premières minutes. Richelle avait une saine agressivité mais je pense que de notre côté, nous avons livré notre meilleur match au niveau de la mentalité ! En deuxième période, le froid nous a joué un peu des tours, le terrain devenant de plus en plus dur."
Pourtant, Visé n’a rien lâché. "Un match nul ne me satisfaisait pas du tout. J’ai donc sorti Nana et nous sommes passés à trois derrière. On sentait que le but allait tomber. Giggs a eu deux occasions et finalement, c’est Alima qui a débloqué la situation. Cette victoire est très importante et la semaine prochaine face à Stockay, il faudra gagner aussi!"

DSC_0037.jpg

"Nous n’avons pas à rougir"

Si la déception pouvait se lire sur le visage de Benoît Waucomont, le coach richellois voulait retenir le positif de ce derby.

"Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y a pas eu des masses d’occasion de but", reconnaissait l’intéressé. "Nous avons perdu beaucoup trop de ballons en première mi-temps que pour revendiquer quelque chose et ce ne fut guère mieux en deuxième mi-temps. Évidemment, la défection de Hansen juste avant la rencontre nous a fait du tort mais cela n’excuse pas tout. Avec Piccoli et Pohl dans le milieu, c’était très jeune mais nous avons tenu la dragée haute à une équipe qui a de grandes ambitions dans ce championnat."
De fait, même si Visé a dominé la rencontre, Richelle a parfaitement tenu son rang: "Il y a encore des choses à travailler mais nous sommes dans le bon. Nous ne pesons pas assez sur les défenses même si ici, c’était du costaud, il y avait moyen d’un peu plus les embêter. Au bout du compte, on ne prend qu’un but à quelques minutes du terme. C’est dommage mais je pense que nous n’avons pas à rougir de notre défaite. Sur l’ensemble de la saison, nous avons imposé la solidité de notre défense comme notre marque de fabrique."

c_DSC_0049.jpg



Le derby des boss

Fabian Bruwier et Guy Thiry se connaissent depuis plus de 25 ans, le premier étant jadis supporter de... Visé.

A cette occasion, nous avons réuni Fabian Bruwier et Guy Thiry, les boss de Richelle et Visé. Rencontre entre deux hommes au style et aux ambitions diamétralement opposées.

c_B9715088801Z.1_20180316201806_000+GBRATFMST.2-0.jpg

©Photo La Meuse

Que représente pour vous ce match Richelle-Visé?

Fabian Bruwier: "C’est pour ce genre de moment qu’on gère un club de football. Il y a 12 ans, si on m’avait dit, quand j’ai créé le club, que je ferais un jour un derby face à Guy, en nationale, j’aurais certainement dit « Cause toujours, tu m’intéresses" (rires).

Guy Thiry: "Je trouve que c’est une bonne chose pour la région de la Basse-Meuse. Des derbies comme celui-là, il n’en existe quasi plus nulle part. Au départ, les clubs de Richelle et Lixhe viennent d’un village de Visé et maintenant ils se retrouvent tous les deux dans le même stade de la ville, c’est ce qu’il y a de mieux. Par contre, au point de vue sportif c’est un match comme un autre, il nous faut la victoire."

Ce sera le 2e derby bassi-mosan de l’histoire de votre club et peut-être le dernier, déjà, vu les ambitions de Visé.

F.B.: "Pour moi, ce sera même le premier, vu qu’au match aller j’étais absent à cause du report du match au mercredi. Pourtant, j’avais déplacé mes vacances exprès ! Je souhaite à Visé de monter, mais si j’ai encore deux derbies la saison prochaine, je serai content."

G.T.: "La solution idéale, ce serait que Visé soit champion et que Richelle joue le tour final et monte (sourire)."

Derby rime avec rivalité, vous la sentez présente?

F.B.: "Oui, c’est normal. Elle est là, même si je trouve qu’elle diminue car on se côtoie de plus en plus et on a la même école des jeunes. Ce n’était pas gagné d’avance et pourtant ça ne fonctionne pas mal du tout."

G.T.: "Il s’agit d’une gentille rivalité, qui n’est pas politique. C’est un petit peu comme celle entre les Arquebusiers et les Arbalétriers. Dans notre école des jeunes, la BMFA (Basse-Meuse Football Academy), il y a des représentants de Richelle et de Visé, donc on est obligé de bien s’entendre."

A la disparition du CS Visé, Richelle est devenu le 1er club de la ville. Comment l’avez-vous vécu?

F.B.: "C’est arrivé au moment où nous sommes montés au niveau national, donc je n’y prêtais pas attention car j’essayais de me remettre du fait que nous allions jouer en Promotion ! Je ne l’avais pas du tout vu venir et je n’en reviens toujours pas, car nous avons le budget d’une bonne P2."

G.T.: "Ça ne me dérangeait pas, j’ai bien recommencé en 4e provinciale avec Lixhe."

De l’extérieur, on a l’image de deux patrons de club aux styles opposés. Vous confirmez

F.B.: "Oui, moi je suis plus le papa poule qui embrasse tout le monde, alors que Guy met plus de distances. Je ne vous cache pas que je vais de temps en temps, le jeudi, boire des verres dans le vestiaire avec mes joueurs. Je ne mets peut-être pas assez de distances avec eux, ça peut être un plus ou un moins pour certains."

G.T.: "Je m’encadre de beaucoup de personnes autour de moi, qui ont chacune leur tâche, c’est pourquoi je suis moins proche que Fabian avec mes joueurs."

Depuis quand vous connaissez-vous?

F.B.: "Depuis bien 25 ans. J’étais un grand supporter du CS Visé (aujourd’hui disparu) à l’époque, quand Guy en était le président. Je faisais d’ailleurs la mascotte de l’Oie ! On avait créé un petit fan-club avec des amis et je ne suis pas du tout anti-Visé comme certains le disent. J’avais 18 ans et je regardais Guy avec des yeux d’enfants. Par après j’ai fait du rallye automobile, avant de créer le club de Richelle avec quelques anciens visétois."

c_B9712705263Z.1_20170725170408_000+GV59GFFKK.1-0.jpg

Comment vous décririez-vous l’un l’autre?

F.B.: "C’est quelqu’un qui s’investit beaucoup. Il n’y en a pas beaucoup qui auraient eu la force de se relancer comme il l’a fait avec Lixhe. Il a toujours une idée d’avance."

G.T.: "Je dirais de Fabian qu’il est quelqu’un de brave, avec qui on sait discuter. Il est même parfois trop gentil je trouve. Il sait aussi trouver beaucoup de partenaires, au niveau relationnel il a beaucoup de qualités."

Et comment décririez-vous votre club en quelques mots?

F.B.: "La simplicité en toute convivialité, à mon image. Avec un esprit de compétition, bien sûr."

G.T.: "Un club ambitieux."

Où voyez-vous votre club dans 5 ans?

F.B.: "Si on reste 10 ans en D3 Amateurs, ça me va parfaitement. Avec nos moyens actuels, nous sommes arrivés à un plafond. La division idéale pour nous serait la P1, afin que je sois moins stressé."

G.T.: "Je n’en sais rien, on verra bien… Le club dépend fortement de moi, donc si demain, pour une raison ou une autre je dois partir, les ambitions de l’URSL Visé peuvent vite changer. Beaucoup de clubs ont connu des présidents mécènes, mais il y en a de moins en moins. Et la plus grosse difficulté d’un club régional, c’est le financier."

Guy Thiry, pourquoi n’avez-vous pas la fonction officielle de président de l’URSL Visé?

G.T.: "Il y avait un président en place quand je suis arrivé à Lixhe (Daniel Guillaume) et par respect je l’ai laissé en place. Daniel a un rôle relationnel, notamment avec la fédération. Mais ça ne change rien, tout le monde sait bien que c’est moi qui prend les décisions. On est une vingtaine dans le comité et les rôles sont bien déterminés."

Que faites-vous en dehors du monde du football?

F.B.: "Je suis distributeur de monture de lunettes, donc je suis tout le temps sur la route. En dehors du football, des lunettes et de la famille, je n’ai pas beaucoup le temps de faire autre chose, à part partir de temps en temps en vacances."

G.T.: "Je fais un petit peu de politique et je gère plusieurs entreprises. Je suis aussi commandant des Arquebusiers de Visé."

2858724181.JPG

Guy Thiry: "Perseo? Oui il y a des contacts, comme avec d’autres"

Ce n’est un secret pour personne: Grégory Perséo quittera le club richellois à l’issue de la saison. L’ailier de 23 ans aspire à évoluer dans un club plus ambitieux et l’URSL Visé pourrait être sa prochaine destination, comme nous l’explique le boss des Oies, Guy Thiry. "Nous sommes en contact avec Perséo, comme avec beaucoup d’autres joueurs. Toutefois, rien n’a encore été signé à ma connaissance."

Si ce transfert se réalise, il s’agirait du premier entre les deux clubs visétois. En effet, un "accord" verbal, qui consiste à ne pas se piquer de joueurs l’un chez l’autre, existe entre Richelle et Visé. "Ça a été le cas à un moment donné, il y a trois ou quatre ans. Ce qui est sûr, c’est que je n’irai jamais chercher un joueur qui veut rester à Richelle. Par contre, s’il y en a un qui s’en va c’est différent."

c_DSC_0013.JPG

Jamais d’enfant dans le dos

De son côté, celui qu’on surnomme le "présibian", à Richelle, ne semble pas fâché par cette approche envers son poulain. "Si un joueur veut partir et aller à Visé, et bien qu’il y aille… Il y a une déontologie qui est là et je pense qu’on ne se fera jamais un enfant dans le dos. De toute façon, dans quelques années, Visé sera bien plus haut et ne sera plus intéressé par des joueurs qui évoluent chez nous."

Mais que les choses soient claires, il n’existe aucune animosité entre les deux clubs. "Je tire mon chapeau à l’URSL Visé, car Alain Finet et Alex Vardakas (NDLR: les deux directeurs sportifs) s’entendent super bien. Par exemple, il y a eu un jour un problème avec leur terrain à Lixhe et nous sommes donc allés nous entraîner en salle, afin de leur laisser libre celui de Visé", conclut Fabian Bruwier.

Damien Busarello (Huy) revient à Richelle

La semaine a été très prolifique en terme de recrutement: après Cédric Lanckohr (La Calamine) et Gary Deville (Amblève), c’est au tour de l’attaquant Damien Busarello (Huy) de donner son accord pour évoluer à Richelle la saison prochaine. Dans on cas il s’agit d’un retour alors que Richelle avait déjà finalisé le retour d’un autre ancien Cyril Brissinck (Tilleur).

c_DSC_0066.JPG

Visé veut le titre, Richelle sans pression

Respectivement deuxième et cinquième, à six matches de la fin, Visé et Richelle avaient directement affiché des ambitions opposées dès l’entame du championnat. "L’objectif chez nous, c’était d’abord le maintien, même si on se doutait bien qu’on allait jouer au moins le milieu de tableau, souffle Fabian Bruwier. "40-45 points, ça aurait déjà été très bien. Et là, on en est à 38 alors qu’il reste six rencontres. Je pense qu’avec tous les blessés qu’on a eus en début de saison, on s’en tire très bien. La préparation estivale a été catastrophique, on avait 12 joueurs sur les 22 qui étaient fit."

2240821273.3.jpg"Viendra ce qui viendra"

Et pourtant, Richelle a su remonter la pente en 2018, à force de travail et d’abnégation. Le voilà même en bonne position pour espérer accrocher le tour final, via la cinquième place. "Ça fait 12 ans que le club existe et on est montés un paquet de fois sans jamais se mettre de pression. Ça n’aurait servi à rien de s’en rajouter à cause d’un début d’exercice plus délicat. On a un petit budget et le tour final n’est pas une obsession. Si on y est, ce sera très bien, sinon tant pis. Comme je l’ai dit quand on est monté de 1ère provinciale en promotion, on ne sait pas arrêter des joueurs quand ils sont dans une spirale pour monter. Viendra ce qui viendra, mais on n’est pas encore au tour final car nos poursuivants ont des matches en moins."

Guy Thiry: "Pas malheureux mais déçu si on est pas champion"

En face, Visé a longtemps clamé vouloir accrocher le tour final, sans jamais évoquer le titre. Mais dernièrement, la donne a changé chez les Oies. "Le tour final était l’objectif minimum. Maintenant que c’est fait, on vise la première place. Dommage qu’on ait perdu deux de nos quatre derniers matches, car sinon on serait en tête. Toutefois, on reste en course. Il faudra au moins gagner cinq des six matches qu’il reste, car on est trois à se battre pour la première place. Si on n’est pas champion, je ne serai pas malheureux mais je serai quand même déçu par rapport à l’équipe qu’on a, sur papier, par rapport aux autres. J’estime que, financièrement, Visé devrait être premier, mais ce n’est pas toujours ainsi le cas dans le sport", explique Guy Thiry.

Et Fabian Bruwier de conclure: Heureusement finalement, sinon on ne devrait même pas jouer le derby demain et il faudrait juste manger, boire et faire la fête!" (rires)

Bisconti, Bamona et Reciputi absents

Si Benoît Waucomont peut compter sur un groupe au complet, si ce n’est Julian Bisconti qui souffre du genou, ce n’est pas le cas de Stéphane Huet. Le mentor des Oies devra se passer de Leslie Bamona et Loïc Reciputi, tous deux suspendus, au grand dam de Guy Thiry. "J’espère le même résultat qu’au match aller, c’est-à-dire 3-1 en notre faveur. Un match nul nous ennuierait, on doit gagner pour rester dans la course au titre. Quand tu joues pour monter, tu es obligé de jouer pour tout gagner. L’avantage pour Richelle, c’est que nos deux meilleurs joueurs seront absents. Reciputi a vraiment le potentiel pour jouer en D1."

Ensemble?

Absent au match aller, Fabian Bruwier sera cette fois bien présent pour assister au derby bassi-mosan. Dès lors, les deux patrons vont-ils suivre le match ensemble ?

"Je ne sais même pas où je vais le regarder. Je suis un peu au four et au moulin quand nous jouons à domicile, car on a un petit comité. Je préfère les rencontres en déplacement, là je peux regarder le match de A à Z", rigole le "présibian" richellois.

A lire sur:

logo_header_LM.jpg Source: Maxime Hendrick - La Meuse


"Richelle peut accrocher Visé"

De plus en plus à l’aise dans le secteur défensif, Martin Leroy évoque le derby mosan de samedi prochain

DSC_0040.jpg

Martin Leroy attend le match de ce week-end avec impatience.

Auteur d’une jolie rose sur la pelouse de Cointe, Martin Leroy se sent comme un poisson dans l’eau à Richelle. Entre l’ambiance dans le vestiaire et les ambitions pour la fin de saison, le latéral se livre avec le sourire…

Sur la pelouse d’un Cointe fragilisé par les absences, les sept réalisations richelloises ne peuvent cacher le manque de hargne de Martin Leroy et ses partenaires lors du coup d’envoi. "On a eu besoin de prendre un but pour commencer à jouer et cela ne peut évidemment pas arriver", glisse le défenseur. "Je ne parviens pas à expliquer ce qu’il se passe dans nos têtes car cela ressemble à de la déconcentration en raison du classement de l’adversaire. Cela se fait de manière inconsciente et nous devons apprendre à ne plus commettre une telle erreur car toutes les rencontres seront difficiles d’ici la fin de saison." A commencer par la venue de Visé dans une poignée de jours. "Tout le monde parle de ce derby donc ce sera aisé d’être dopé par l’enjeu. Toutefois, si on entame la partie comme contre Cointe, Namur ou Bertrix, on va vivre une soirée cauchemardesque. Ce serait bête car, comme l’entraîneur l’a précisé à plusieurs reprises, nous possédons les armes pour embêter tous les adversaires imaginables. Je vais surprendre mais j’ai l’impression que les Oies constituent un opposant qui nous convient car elles adorent produire du jeu.

Nous risquons de vivre un match plein et l’objectif sera forcément de les accrocher. On sait que nous en avons les capacités, il suffit de les exprimer avec intelligence.
" Une phrase lâchée avec maturité, une preuve que Martin prend de plus en plus de responsabilités au sein du groupe emmené par Benoît Waucomont. "Je suis heureux ici, voilà pourquoi j’ai prolongé mon contrat. J’avais quelques touches ailleurs et j’ai réfléchi pendant un petit temps mais, au final, l’ambiance familiale m’a convaincu de rester. Cela ne se limite pas à cet aspect car Richelle est une formation ambitieuse et capable de viser le tour final régulièrement. Des transferts de qualité ont été déjà opérés avec, notamment, un Lionel Loyaerts qui va nous apporter énormément. C’est un ami et je dois bien avouer que j’ai joué un rôle dans sa venue en vantant les qualités de ce club. Il va l’adorer, j’en suis persuadé…"

DSC_0042.jpg

Cédric Lanckohr (La Calamine) et Gary Deville (Amblève) à Richelle

Alors qu’il s’est remis en lice pour le gain de la 3e tranche, Richelle poursuit aussi la construction du noyau pour 2017-2018. Un nouveau nom s’ajoute à la liste: Cédric Lanckohr (La Calamine).

Après avoir annoncé la prolongation de William Renauld, Richelle enregistre deux nouvelles arrivées quelques jours après celles de Cyril Brissinck (Tilleur) et de Lionel Loyaerts (Waremme). Ce lundi soir, le club mosan a d’abord annoncé l’arrivée du médian Cédric Lanckohr (19 ans), qui dispute sa seconde saison en D2 amateurs sous les couleurs de La Calamine. Cet ailier de formation, qui évolue comme médian axial chez les Verts, va y retrouver Charles Weber, qui a connu une saison blanche chez les Mosans suite à une blessure au genou l’été dernier.
Un peu plus tard dans la soirée, le club a aussi officialisé le recrutement de Gary Deville (Amblève), le jeune frère du Sérésien Brandon Deville.

B9715045522Z.1_20180313140959_000+GFDASMFA4.3-0.jpgLe jeune Gary Deville, révélation de la saison à Amblève avec Melvin Lafalize, a officialisé son départ pour Richelle et la D3 Amateurs. Un fameux défi qui s’offre à lui après une très bonne première partie de saison en P1.

Encore un départ officialisé du côté d’Amblève. Comme on vous l’annonçait en primeur dans le journal de ce mardi, le jeune talent qu’est Gary Deville a choisi de poursuivre son apprentissage loin du club germanophone. Lundi soir, il a officialisé son départ et prend la direction de Richelle, en D3 Amateurs. Une évolution spectaculaire quand on sait qu’il était encore en U19 à Elsaute il y a un an.

Sa bonne première saison en P1 a tapé dans l’œil des Liégeois depuis un petit temps. "L’entraîneur, Benoît Waucomont, est venu me voir à plusieurs reprises pendant la saison", explique le milieu de terrain de 17 ans. Et notamment contre Raeren-Eynatten. "Bien que j’étais mécontent de ma prestation ce jour-là, le coach est allé trouver mon père pour lui conseiller que je ne rempile pas trop vite à Amblève, qu’il pourrait être intéressé."

Des contacts entre les deux parties qui se sont soldés par une rencontre mercredi dernier. "Je dois dire que j’ai été directement convaincu par son discours. C’est lui qui fait l’équipe et il sait ce qu’il veut. Il souhaite intégrer des jeunes à son noyau." Vous l’aurez compris, c’est bien pour le noyau de D3 Amateurs qu’il signe et non pour la P2. "J’intégrerai directement le groupe de l’équipe première", continue Gary Deville. "Comme je l’avais dit aux dirigeants d’Amblève, cette chance de pouvoir jouer plus haut ne se représentera peut-être plus à l’avenir, ce qu’ils comprenaient totalement. De toute manière, j’avais été clair : si ce n’était pas pour rejoindre l’échelon supérieur, je restais à Amblève."

Par contre, ce qui lui fait un peu peur, c’est son futur temps de jeu dans une équipe qui joue en Nationale. "C’est vrai, je n’ai aucune garantie de temps de jeu, mais je n’en avais aucune en signant à Amblève également. Ce sera à moi de prouver que j’ai le niveau. Puis, si cela ne se passe pas bien, il y a encore la P2, mais je n’y pense pas pour le moment."

Courtisé également par La Calamine et Banneux, il explique son choix. "J’ai longtemps hésité. Mais ce qui a beaucoup joué, c’est que seul l’entraîneur de Richelle m’a vu à l’œuvre. Serge Sarlette, le coach calaminois, me connaissait de nom. Puis, j’avais un peu peur de me retrouver dans une équipe composée uniquement de jeunes… Concernant l’offre de Banneux, je pense que c’était pour la P1 et comme je l’ai dit, je préférais rester à Amblève dans ce cas." N’oublions pas qu’il a encore une saison à terminer avec Amblève. Après quoi, il aura un fameux défi devant lui.

Écrit par Richelle Utd. | Commentaires (0) |  Facebook | |